MARCHE FORMATION PROFESSIONNELLE

  • Enjeux et usages de la formation professionnelle dans la sécurisation des trajectoires d’emploi : des initiatives territoriales aux réformes nationales

     

    Le Centre d’Etudes de l’Emploi et du Travail publie un rapport intitulé « Enjeux et usages de la formation professionnelle dans la sécurisation des trajectoires d’emploi : des initiatives territoriales aux réformes nationales ». Ce document, signé par Carole Tuchszirer, met en évidence l'importance de la dimension territoriale dans l'organisation de la formation professionnelle.

    Dans un premier temps, le rapport souligne les principales critiques qui ont été adressées à la formation professionnelle continue (FPC) en insistant sur le statut salarial dans l’accès et le déroulement des parcours de formation.

    Il s’attache ensuite à montrer la façon dont les acteurs publics et sociaux se sont organisés localement pour pallier les défaillances du système afin de répondre aux défis posés par les crises successives de 2002 et 2008. Il montre ainsi comment les partenaires sociaux et l'Etat se sont emparés des enseignements de ces initiatives pour faire évoluer le conception même de la formation professionnelle autour de la sécurisation des parcours professionnels, formalisée dans  l'ANI de 2013 et la loi du 5 mars 2014, à travers l'instauration du CPF, (Compte personnel de formation), et du CEP, (Conseil en évolution professionnelle), mais aussi son organisation grâce au FFSPS, (Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels).

    L’auteur de ce document s’interroge notamment sur la place réservée aux Régions dans la régulation du système de formation professionnelle et celle qui leur sera accordée dans les prochaines réformes.

    Ce document de travail pointe l’apport des territoires et des acteurs locaux pour inverser la tendance. Ainsi, la refonte de la formation professionnelle doit s'appuyer sur des diagnostics territoriaux partagés et de bénéficier d'un travail concerté entre l'ensemble des partenaires sur les territoires.

     

    Pour aller plus loin (format PDF) : Enjeux et usages de la formation professionnelle dans la sécurisation des trajectoires d’emploi : des initiatives territoriales aux réformes nationales.Centre d’études de l’emploi et du travail. Paris. Septembre 2017. 26p.

  • Etude Formation Professionnelle : faire décoller l'investissement dans les compétences

    La Fédération de la Formation Professionnelle (FFP) et le cabinet Roland Berger réalisent une étude sur les impacts économiques et sociaux de la formation professionnelle. L’étude évalue l’impact du plan de réforme de la formation porté par le gouvernement et du Livre Blanc « Libérer la formation ». Le rapport montre qu’une réforme est nécessaire  pour faciliter l’accès à une offre de formation de qualité et accroître la performance du système pour les individus comme pour les entreprises.

    La FFP préconise ainsi d’agir sur les 3 leviers de réforme suivants :

     

    L’autonomisation des acteurs de la formation

    La FFP recommande de simplifier le CPF en agissant sur différents axes :

    • - le compte personnel de formation (CPF) au centre du système de formation,
    • - de stopper le recours automatique à la prescription
    • - d’amorcer une réforme de la certification.

    Le renforcement du CPF ainsi que sa simplification et son association à un compte épargne formation devraient avoir des impacts positifs sur l’accès à la formation. Le CPF montre l’engagement de l’individu par rapport à sa formation repose sur sa liberté de choix et sur les responsabilités qui lui incombe. La FFP propose également la mise en place un Compte Épargne Formation. La fédération recommande également de mettre fin au monopole de prescription des formations de Pôle Emploi pour les demandeurs d’emplois inscrits. Elle insiste sur la nécessaire réforme des certifications pour s’adapter à la réalité du marché de l’emploi mais aussi sur la nécessité d’évolution du rôle des OPCA.

     

    Passer d’un paritarisme de gestion à un paritarisme de services

    La FFP souhaite que les missions du service public sur l’accompagnement ainsi que la gestion prévisionnelle des métiers et des compétences et le déploiement des stratégies territoriales soient recentrées. L’organisme propose de faire réaffecter une partie du financement des contrats aidés vers l’alternance, avec la création d’une exonération de charges sociales  et un crédit impôt formation pour les TPE/PME

     

    La digitalisation des offres de formation

    Le rapport de la FFP met l’accent sur la nécessité de faire évoluer l’offre de formation qui devrait être évaluée par une autorité totalement indépendante. En outre, le rapport souligne que les formations devraient être plus courtes, plus adaptables et s’appuyer davantage sur les outils numériques. Elle confirme qu’investir dans le développement des compétences de chacun permet un gain important pour l’économie.

     

    Pour aller plus loin (sous format PDF) : Etude Formation Professionnelle : faire décoller l'investissement dans les compétences. Fédération de la Formation Professionnelle. Paris. Octobre 2017. 60p.

     

  • Formation et apprentissage : les Régions présentent leurs propositions au Premier ministre

    Dans le cadre des concertations menées par le Gouvernement sur la réforme de la formation professionnelle et de l’apprentissage, François Bonneau, président délégué de Régions de France, a présenté au Premier ministre les propositions de l’Association des Régions de France (ARF).

    Ces concertations sont destinées à préparer les discussions qui auront lieu à partir du 31 octobre 2017 sur le projet gouvernemental de vaste réforme de la formation et de l'apprentissage. Dans ce domaine, l'association a fait plusieurs propositions, parmi lesquelles un choc de simplification à travers un contrat régional de développement de la formation et de l'orientation professionnelles (CPRDFOP) unique rénové, une décentralisation de la carte des formations et une évolution de l'orientation.

    L’ARF propose également de faire évoluer l’orientation, pour améliorer l’information et l’accompagnement des jeunes au collège, au lycée dans l’enseignement supérieur.

     

    Valoriser les formations interprofessionnelles

    D'autre part, les Régions confirment leur détermination à piloter et mettre en œuvre l’apprentissage et la formation professionnelle des demandeurs d’emploi dans le cadre d’une concertation approfondie avec les partenaires sociaux et les branches professionnelles.

    Les régions veulent contribuer à une réforme  qui donne du sens aux branches professionnelles dans une situation d’arbitrage et valoriser le vaste domaine des formations interprofessionnelles (CFA consulaires, CFA des métiers, …..).

    Les régions proposent de :

     

    Simplifier le champ de la formation

    • - alléger les normes, avec un contrat de plan régional de développement de la formation et de l’orientation professionnelle (CPRDFOP) unique rénové et négocié avec l’État et les partenaires sociaux qui se substituerait à l’ensemble des autres schémas.

     

    Revoir la carte des formations et la collecte de la taxe d'apprentissage

    • - décentraliser totalement la carte des formations, tout en associant davantage les branches professionnelles qui sont déjà concernées
    • - revoir la collecte de la taxe d'apprentissage, actuellement gérée par les organismes collecteurs de la taxe d'apprentissage (Octa), pour plus de transparence.
    • - transférer les missions des centres d'information et d'orientation (CIO) au sein du service public régional de l'orientation (SPRO).

    Les Régions de France remettront au gouvernement dans quelques jours un manifeste avec douze propositions pour l'emploi issues des territoires. Les présidents de région rencontreront aussi la ministre du Travail en novembre.

     

    Pour aller plus loin (sous format PDF) : Formation et apprentissage: les Régions présentent leurs propositions au Premier ministre. L’Association des Régions de France. Paris.

     

  • Inauguration de l’école régionale supérieure du numérique

     
    Le 14 mars 2017, le président de la Région Réunion a inauguré l’Ecole Régionale Supérieure du Numérique (ERSN). La création de cette école s’est faite grâce à l’engagement des équipes de la SPL-AFPAR, de son directeur, ainsi que son Président. L’école est portée par la Chambre de commerce et d’industrie de La Réunion en partenariat avec l’Institut d’ingénierie de Limoges.  Elle est localisée sur le site du SPL AFPAR de Saint-André et propose deux formations :
    - Bachelor Concepteur de systèmes d’information (CSI) – niveau II (durée : 1 an)
    - Manager de Systèmes d’information et d’infrastructure –  (MS2i) Niveau I (durée : 2 ans) 
     
    Cette école vient aujourd’hui répondre précisément aux besoins en compétences spécifiques exprimés par les acteurs économiques locaux de la filière numérique. Une première session de 22 apprentis se forme actuellement au sein de l’ERSN aux métiers du numérique. 
     
     
     
  • Prestataires de formation et activités : statistiques

    >> 2013/2014

    Le marché de la formation professionnelle continue à La Réunion : bilan 2013-2014

    En 2013/2014, le nombre d'organisme de formation actif a progressé de 12 %. Une forte augmentation du taux de refus d'enregistrement est constatée en 2014 (32 %). L'appareil de formation à La Réunion est marqué par un fort renouvellement des organismes de formation actifs... Retrouvez le bilan 2013-2014 du marché de la formation professionnelle à La Réunion.

    Télécharger le document (version pdf)

     

     

     

     

    >> 2012

    L'activité des organismes de formation à La Réunion : analyse du marché de la formation professionnelle continue de La Réunion en 2012

    Le Service Régional de Contrôle de la Direction des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l'Emploi de La Réunion (pôle entreprises - emploi - économie) a réalisé les dernières statistiques du marché de la formation professionnelle continue à La Réunion sur l'activités des organismes de formation de La Réunion en 2012 sur l'analyse des bilans pédagogiques et financiers (BPF) des exercices 2009 à 2012 renseignés par les prestataires de formation professionnelle continue à La Réunion.

    Télécharger le document(version pdf)

     

     

    >> 2011

    Le marché de la formation professionnelle continue à La Réunion en 2011

    Le Service Régional de Contrôle de la Direction des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l'Emploi de La Réunion
    (Pôle entreprises - emploi - économie) a réalisé les derniers statistiques du marché de la formation professionnelle continue de La Réunion sur l'activité des organismes de formation de La Réunion en 2011.

    Télécharger le document (format pdf)

     

    >> 2010
     

    Le marché de la formation professionnelle continue à La Réunion en 2010

    L’activité des organismes de formation à La Réunion. Service régional de contrôle de la Direction des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi de La Réunion : pôle entreprise – emploi – économie. Saint-Denis : DIECCTE, juillet 2012. 11 p.
    Télécharger le document (format pdf)

     


    >> 2009

    Statistiques 2009, données sur la formation professionnelle

    Saint-Denis : DIECCTE, [2011 ?]. 10 p.
    Télécharger le document (format pdf)
     

     

     


    >> 2008

    Statistiques 2008, données sur la formation professionnelle

    Saint-Denis : DIECCTE, [2010 ?]. 4 p.
    Télécharger le document (format pdf)
     

     

     


    >> 2007

    Données sur la formation professionnelle 2007

    Saint-Denis : DIECCTE, 2009. 4 p.
    Télécharger le document (format pdf)
     

     

     

  • Rapport sur l'Evaluation des modalités de mise en œuvre des formations obligatoires et leurs effets sur les salariés

    Le CNEFP a lancé en février 2016 une évaluation consacrée aux modalités de mise en œuvre des actions de formation obligatoires en entreprise et à leurs effets sur les salariés. Cette étude s’inscrit dans le cadre de ses orientations 2015-2016.Le CNEFP a lancé en février 2016 une évaluation consacrée aux modalités de mise en œuvre des actions de formation obligatoires en entreprise et à leurs effets sur les salariés. Cette étude s’inscrit dans le cadre de ses orientations 2015-2016.

     

    Les formations obligatoires sont souvent considérées comme représentant une part significative des budgets de formation des entreprises. Le CNEFP a donc décidé de se saisir de l’objet en fondant son évaluation sur un double enjeu de connaissance et de mesure d’impact. Les objectifs se définissent sous trois axes :

    - définir le périmètre des formations obligatoires

    - saisir leurs appropriations et leurs mises en œuvre

    - connaître leurs effets pour les salariés

    Le rapport se base sur le financement de ces formations pour éclairer l’enjeu commun aux trois axes. La charge financière limite les possibilités d’autres formations visant la professionnalisation, la montée en compétence ou le développement de nouvelles activités par l’entreprise. 

     

    Définition du périmètre des formations obligatoires

    Différentes initiatives nationales permettent de clarifier le champ de compétences des formations obligatoires, tels que la mise en place d’un inventaire, la création de la Commission Nationale de Certification Professionnelle (CNCP)  ou les recensements réalisés par certaines organisations professionnelles ou OPCA. 

     

    Appropriation et mise en œuvre des formations obligatoires par les acteurs.

    Malgré ces initiatives, l’appropriation est largement inégale et incertaine. En effet, les formations obligatoires ne constituent pas un objet de dialogue social dans l’entreprise. De manière générale, les salariés considèrent comme obligatoires les formations qui leur sont imposées par l’employeur. Pour les intérimaires, les formations obligatoires font partie d’une condition accès à des missions diversifiées. 

     

    Effets des formations obligatoires et pratiques d’évaluation

    Les pratiques d’évaluation des effets des formations obligatoires sont peu utilisées par les différents acteurs. Dans les entreprises, les mesures d’impacts sur les comportements professionnels et l’activité des salariés sont inexistantes, et dans les autorités administratives  qui participent à cette évaluation ne l’intègre pas totalement dans les audits. L’inspection du travail procède à la vérification de la mise en place de formations obligatoires que lorsqu’un accident de travail se produit. Les résultats de cette évaluation reposent sur 31 monographies d’entreprises, assorties de 12 entretiens complémentaires et d’une analyse documentaire, permettant notamment d’esquisser une comparaison européenne des spécificités nationales de déploiement des formations obligatoires.

     

    Pour aller plus loin : CNEFP (Conseil national d’évaluations de la formation professionnelle). Conseil National Rapport sur l'Evaluation des modalités de mise en œuvre des formations obligatoires et leurs effets sur les salariés. Paris. Avril 2017. 81 p

Joomla templates by Joomlashine