LA LETTRE DE L OREF 41 1Le spectacle vivant est un secteur dynamique et innovant, souvent précurseur, mais qui s’inscrit dans une économie risquée et instable. Notamment parce que le succès d’un spectacle n’est jamais assuré et que les ressources budgétaires allouées à l’art et la culture sont incertaines et restreintes.
Le soutien institutionnel dont a pu bénéficier le secteur a permis d’accompagner le développement de la filière durant ces dernières années, et a pris forme dans un ensemble de conventionnements et de dispositifs d’aides.
Toutefois, dans un contexte de contraction des financements publics, les équilibres économiques des projets et des structures sont fragilisés.
Dans ce cadre, une réflexion d’ordre stratégique apparaît nécessaire afin que le secteur trouve de nouveaux leviers pour son développement et une nouvelle dynamique de création d’emploi.
De par les liens constants entre acteurs professionnels et institutionnels, ce repositionnement du secteur ne pourra se construire (notamment sur le plan économique), qu’à travers un dialogue étroit entre ces différentes parties. À ce titre, une meilleure structuration, particulièrement en termes de représentativité, pourrait favoriser le renforcement de ce dialogue et le développement d’espaces dédiés

 

Benjamin JANSSENS (Créasol). Teddy JAMOIS, Nathalie SOLER (Jeudi Formation), Guillaume SAMSON (PRMA). Guillaume BRIONNE (dir. de projet). In La Lettre de l'Oref, 41. Octobre 2017.

Télécharger la publication (format pdf)